Actes des Conférences

En ouverture de l’Université de l’accueil, René Souchon, président du Conseil régional d’Auvergne confirme la montée en puissance des politiques d’accueil. Pour lui, l’avenir « se joue sur notre capacité collective à mettre en œuvre une stratégie d’accueil de populations nouvelles ". L’Agence de développement des territoires d’Auvergne est chargée de structurer l’offre territoriale d’accueil et de la promouvoir à l’extérieur.

Pour Josée de Félice, présidente du Collectif Ville Campagne, " s’engager dans l’accueil, c’est affirmer une volonté de partager et de s’ouvrir ". La population d’un territoire joue un rôle central, mais il est primordial pour les acteurs locaux de définir la campagne qu’ils souhaitent construire et comment accueillir les nouveaux arrivants afin qu’ils deviennent acteurs de leur intégration.
en savoir plus

 

LES CONFÉRENCES

Les mouvements de population à l’œuvre aujourd’hui : un phénomène mondial ?

Jean-Claude Bontron, directeur de la Segesa

À l’échelle mondiale, et ce durant plusieurs décades, les zones urbaines des pays développés ont bénéficié de l’émigration massive des zones rurales. Aujourd’hui les migrations s’inversent et se développent des villes vers les campagnes, atteignant même les campagnes les plus "isolées ". Mais pour combien de temps ?
en savoir plus

 

Une question de cycles de vie

Vincent Valles, chef de la division des études sociales et du territoire à l’Insee

En France, les mouvements migratoires profitent essentiellement aux régions de l’ouest et du sud. Mais les mobilités varient beaucoup en fonction des âges de la vie et créent des déséquilibres. L’enjeu majeur pour les prochaines années concerne les migrations des personnes de plus de 60 ans

en savoir plus

 

La relation urbain-rural en Europe

Nathalie Bertrand, du Cemagref de Grenoble

En Europe, on passe d’un modèle de ville compacte à une ville diffuse et l’urbanisation des campagnes s’accompagne d’une homogénéisation des modes de vie. Une étude européenne (Étude Orate/Esron) recommande une territorialisation accrue des politiques européennes et une approche intégrée du développement rural, avec des politiques incitatives et coopératives entre urbain et rural.
en savoir plus

 


Nouvelles démographies et développement durable : enjeux et perspectives

Franck Auriac, géographe, professeur émérite à l’UMR Espace, Montpellier-Avignon.

Dans l’espace rural, les agriculteurs sont minoritaires. Dès lors, ils ne sont plus les seuls acteurs du développement durable. C’est aux autres résidents, souvent d’origine urbaine, de jouer un rôle nouveau.

Mais le fondement durable des territoires ruraux dépend pour une bonne part de leur capacité d’accueil et du maintien des effectifs agricoles.
en savoir plus

 

 

Les nouvelles mobilités inventent-elles de nouvelles manières de penser et construire la société ?

Jean-Paul Diry, professeur de géographie au Ceramac, à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand a présenté au pied levé les travaux de Luc Gwiazdzinski, géographe à l’Université de Belfort-Montbéliard retenu par un contre temps.

Les mouvements migratoires ne sont pas récents, ils se sont considérablement développés et sont de plus en plus complexes. On parle d’ailleurs des mobilités. Ces dernières se sont accélérées et engendrent des tensions surtout dans les zones urbaines. Il est alors compréhensible qu’une frange de la société songe à s’installer à la campagne.

en savoir plus

 

TABLE RONDE

Face à ces nouvelles géographies, agir ou laisser faire ?

Les mobilités engendrent des flux et inventent de nouveaux espaces. Faut-il laisser faire ou y a-t-il opportunité à agir ? Faut-il se contenter d’observer les transformations à l’œuvre, quitte à les subir, ou faut-il accompagner, voire anticiper les mouvements migratoires pour qu’ils soient source de développement ? Les territoires ruraux ont-ils les cartes en main pour agir ou l’action n’est-elle pas de leur ressort ?

en savoir plus

 

 

LES CONFÉRENCES – Bâtir le développement des territoires avec les individus

La campagne : entre imaginaire et réalité

André Micoud, sociologue et directeur du Cresal – CNRS de St Etienne

Un espace inédit est en train d’apparaître en France : la campagne. À la différence de l’espace rural, c’est un espace public qui nous renvoie à une question centrale : quelle campagne voulons-nous et comment la construire ensemble ?

en savoir plus

 

 

L’impact des nouveaux habitants sur les territoires. Une étude au Québec

Myriam Simard, professeur à l’Institut national de la recherche scientifique à l’Université du Québec

Au Québec l’exode des jeunes vers la ville se poursuit, mais de plus en plus de retraités s’installent à la campagne pour améliorer leur qualité de vie, au risque d’un " embourgeoisement rural ". Ces nouvelles populations ont des impacts sur le plan démographique et socio-communautaire, environnemental et économique. Leur arrivée invite à la création de nouveaux lieux de solidarité pour construire la ruralité de demain.

en savoir plus

 

 

L’installation des étrangers à la campagne

Jean-Paul Diry, professeur de géographie au Ceramac

Les populations d’Europe du Nord tendent à s’installer en France, en particulier les Britanniques, dans le sud-ouest, les pourtours du Massif Central, la Bretagne et la Normandie. Ces arrivées exercent une pression disparate et nuancée sur le marché de l’immobilier.

en savoir plus

 

 

L’arrivée de nouvelles populations : quelle valeur ajoutée pour les territoires ?

Yves Gilbert, maître de conférences en sociologie à l’Université de Perpignan

Dans les pays développés, on assiste à une redistribution des sociétés sur leurs territoires. L’exode rural a conduit à une dislocation des sociétés d’origine. Les phénomènes de migration en milieu rural produisent l’effet inverse, à savoir une véritable recomplexification des tissus ruraux. Comment gérer et reconstruire ces espaces publics dans lesquels les gens peuvent montrer leur implication dans la chose publique ?
en savoir plus

 

 

CONFÉRENCES - Construire les politiques d’accueil

Un enjeu majeur du développement rural

Jean-Claude Bontron, directeur de la Segesa

L’accueil est aujourd’hui un enjeu qui répond aux attentes de la société. Il présente une triple valeur ajoutée : pour la démographie, l’économie et la société. Miser sur l’accueil nécessite une affirmation politique beaucoup plus forte et plus partagée, des moyens, un partenariat renforcé et une participation des acteurs privés.

en savoir plus

 

 

 

Quelles déclinaisons locales pour la Charte nationale de l’accueil ?

Jean-Yves Pineau, directeur du Collectif Ville Campagne

Le Comité interministériel pour l’aménagement et le développement du territoire (Ciadt) de septembre 2003 a conduit à l’élaboration d’une charte nationale de l’installation en milieu rural. Elle a conduit 80 structures nationales et locales à réfléchir sur le développement des politiques d’accueil. Ces dernières nécessitent des moyens spécifiques, reposent sur une volonté partagée des élus et des populations locales et doivent s’inscrire dans la durée. Sur les territoires, la charte doit s’adapter au contexte local en concertation, et doit mobiliser les rôles et compétences de chacun, collectivités et acteurs, de la commune à la région.

en savoir plus

 

 

DÉBAT

Quelles politiques pour quelles migrations ?

Les politiques d’accueil sont locales, régionales, elles sont aussi nationales. Comment et pourquoi construire des territoires attractifs ? Quels rôles pour chacune des échelles territoriales ? Comment en Régions et sur le terrain les élus conçoivent-ils l’engagement des différentes collectivités ? Témoignages.

 

CONFÉRENCES

2007-2013 - Comment l’Europe et la France peuvent-elles construire et soutenir les politiques d’accueil sur les territoires ?

Vincent Piveteau, conseiller à la Diact

" L’État peut agir et interroger sans cesse ".

Pour inciter les politiques d’accueil, l’État peut rechercher la coordination entre les acteurs et construire le consensus autour de l’accueil, il peut inscrire explicitement la politique d’accueil comme un objectif des politiques publiques, se réinterroger sur les politiques sectorielles et territoriales qui contribuent à l’installation et inscrire l’accueil dans l’agenda politique. L’État doit aussi s’interroger sur l’impact démographique du vieillissement de la population, le renouvellement énergétique et le choc de la cohésion.

en savoir plus

 

 

Michel Magimel, directeur régional Draf Auvergne

Quels moyens de l’Europe en faveur des politiques d’accueil et de l’attractivité des territoires ?

Rappels sur la mise en œuvre du second pilier de la politique agricole commune et son volet rural à travers le Feader.

en savoir plus

 

 

Catherine Guy-Quint, députée européenne, vice-présidente de l’association européenne des élus de montagne.

Réactions suite aux deux interventions précédentes : la problématique des territoires en désertification qui imaginent des programmes d’accueil de population provient avant tout d’une non prise en considération par l’Europe et l’État des problèmes des territoires ruraux. Le développement rural devrait avoir une plus grande place. L’avenir appartient aux territoires qui seront capables de porter collectivement un plan de développement et d’attractivité.

en savoir plus

 

 

En guise de conclusion, huit idées force de l’Université

Territoires durables, territoires ouverts : temps forts, enseignements et propositions.

Conférences, table ronde, débats et travaux en atelier ont permis de dégager les idées force de l’université. Huit évolutions majeures sur les problématiques de l’accueil de nouvelles populations en milieu rural :

- l’évolution nécessaire du vocabulaire utilisé par les acteurs de l’accueil dans les territoires ;

- une évolution de la façon d’appréhender les projets des personnes qui s’installent à la campagne et les offres qui émanent des territoires ;

- la mise en perspective des acteurs publics et la reconnaissance de nouveaux acteurs privés : entreprises, seniors et étrangers ;

- le rôle de la population locale dans la chaîne de l’accueil ;

- la mobilité des nouvelles populations ;

- la montée en puissance de la formation des populations, des porteurs d’idées, des étrangers, etc. ;

- l’explosion de la demande culturelle sur les territoires et la culture comme levier de l’accueil ;

- la nécessité de construire une nouvelle campagne.
en savoir plus

 

Clôture